Evènements à venir:

Réservation &e... (04/07)
Réservation &e... (03/07)
Réservation pa... (02/07)
Voir tous les évènements

Dernier Journal

Echo "en un clin d’œil" n°25

Dernières communications

CR du Conseil Municipal du 30/06/2017 (10/07)
CR du Conseil Municipal du 19/06/2017 (19/06)

Arrêtés municipaux

Stationnement camion pizza
EIFFAGE ENERGIE

Derniers articles publiés

Planning été 2017
Planning été 2017
Pour faire une carte d'identit&...

Nous sommes le

19/08

Votre navigateur est ancien, le site ne s'affichera pas correctement. Vous devriez mettre à jour votre navigateur.

Un peu d'histoire

D'où vient le nom de Chevannes?

Chevannes vient certainement de « cabanacum » qui veut dire cabanes‚ dans la France gallo-romaine. Cela s'est transformé ensuite en « cabanaes » puis « chabannes ». Le mot a alors évolué pour devenir « chavannes » et finalement « CHEVANNES ».

L'histoire de la commune....

On a retrouvé des traces d'habitations gallo-romaines en bordure du bois fleuri du IVème siècle. Dès le VIIème siècle‚ la commune appartient au comté de Corbeil. En 1329‚ le nom de Chevannes apparaît officiellement dans le discours du futur Pape Clément VI durant l'Ordonnance de Vincennes. Il affirme que Chevannes a été rattaché à l'archevêché de Sens (auquel appartient aussi Paris). Les Chevannais payent donc directement l'impôt à Sens.


Les Anciens de Chevannes‚ se souviennent encore de l'occupation allemande dans le village. Le 22 août 1944‚ Chevannes‚ protégée par les eaux de la Vanne qui forment une sorte de remparts‚ a tremblé pendant près de deux heures à cause des combats entre les Allemands et l'armée de libération. Le clocher a même été emporté par un tir de canons!

Les marques du passé sur nos murs

L'église‚ dont une partie date de la fin du XIIème siècle‚ est le centre du village. Elle a été consacrée par l’évêque de Sens. Son architecture montre bien le passage de l'art roman à l'art gothique. Il faut venir admirer les nombreux chapiteaux très représentatifs d'un courant qui nous vient sans doute de Vézelay : l'église se trouve‚ en effet‚ sur le chemin du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. Au XIVème siècle‚ l'église est placée sous la protection de Saint Symphorien qui a refusé d'adorer les idoles païennes. Un immense tableau‚ probablement‚ du XVIIème siècle‚ évoque cet acte qui le conduira au martyre‚ visible sur une autre toile. Aujourd'hui une partie a été restaurée: conformément à l'architecture du moyen- Age ( peinture ).


Les nombreuses fermes comme celle des Legendre‚ Masure‚ Serouge et Lanneau font partie de notre paysage et donne à Chevannes tout son caractère. 4 fermes existaient déjà sur le cadastre de 1830. Que serait notre commune sans ses hauts murs de pierre et son fameux pigeonnier de la Ferme des Seigneurs cédée en 1993?


La mairie appartenait à une famille bourgeoise industrielle. Le bâtiment et son parc ont été vendus à la commune.

Les Eaux de la Vanne

La commune est traversée par les aqueducs de dérivation de la Vanne‚ du Loing et du Lunain. C'est Napoléon III‚ qui le 19 décembre 1866‚ décrète la construction du premier aqueduc de la Vanne pour approvisionner Paris en eau.


L'aqueduc de la Vanne prend naissance dans l'Aube‚ à 30 km de Troyes au village de Saint Benoit sur Vanne. On distingue les « sources hautes » et les « sources basses » : on dénombre à peu près sept sources. A la sortie de la forêt de Fontainebleau‚ il s'oriente vers le Nord et passe à proximité de Milly ‚ Courances et Dannemois. Les collines de la Padole et de Beauvais sont traversées par des souterrains de 970 et 2.073 mètres. Il contourne la commune de Champcueil mais non celle de Chevannes‚ pour aboutir finalement à Montrouge‚ près du Parc de Montsouris‚ dans un bassin qui peut contenir 300.000 m3 d'eau.


L'eau circule par gravité‚ grâce à une pente très faible (1/10° de millimètre par mètres)‚ et elle est traitée à son arrivée à Paris. Cet ouvrage d'art est remarquable par sa longueur et les difficultés qu'il a fallu surmonter en raison de son tracé. A Chevannes les traversées des départementales D153 et D74 se font par siphons (dispositifs qui permettent de faire passer des obstacles à des eaux). Viennent s'ajouter par la suite les aqueducs du Loing et du Lunain de 1879 à 1884 qui ont encore nécessité 14.380 mètres et 7.400 mètres de conduites pour amener ces eaux à Paris. Ces nouveaux aqueducs passent aussi par Chevannes et sont signalés par des regards de visite cylindriques.

Liens annexes

Voici quelques adresses à consulter pour plus d'informations sur la vanne: